Si vous voulez savoir ce qu'est devenu le Couvent de Lévis,
qui porte maintenant le nom de «École Marcelle-Mallet»
cliquez sur le lien suivant :

http://www.emm.live-studio.net/






Le Couvent Notre-Dame-de-Toutes-Grâces



L'établissement d'une institution d'enseignement et d'un hospice pour prêtres âgés dans la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire de Lévis est accepté par la communauté en 1856, pendant le supériorat de mère Mallet. Le curé Joseph-David Déziel met deux ans à réaliser son projet de couvent.

La première étape est franchie le 11 janvier 1857, à l'assemblée des marguilliers qui entérine à l'unanimité le projet en ces termes: «que soit bâti sur le terrain ci-dessus spécifié, un édifice dont partie sera destinée à l'usage des prêtres infirmes ou malades et partie à celui des Soeurs de la Charité pour y donner l'éducation aux jeunes filles».

La deuxième étape est l'arrivée, le 22 septembre 1858, de cinq religieuses sur le bateau à vapeur Québec-Lévis. Les soeurs Saint-Pierre, supérieure, Saint-Roch, Sainte-Thérèse, Sainte-Marguerite et Marie-de-l'Incarnation sont accompagnées par mère Mallet qui va reconduire ses filles et prendre le repas du soir avec elles. Le vocable de Notre-Dame-de-Toutes-Grâces est choisi pour placer le nouveau couvent sous la protection de la Sainte Vierge.

Dès le mois d'octobre l858, le nombre des enfants atteint 110, ce qui force la supérieure à demander du renfort à la communauté. Soeur Marie-de-l'Annonciation leur vient en aide. Le besoin est d'autant plus grand que, fidèles à leur charisme, les soeurs s'occupent de visiter les pauvres et les malades de la paroisse; «N'oubliez pas que vous devez leur être particulièrement dévouées», leur rappelait la fondatrice.

D'année en année, les journées des religieuses sont bien remplies. En l864, elles ouvrent un pensionnat pour les jeunes filles et une école anglaise. En 1869, elles vont enseigner à l'école de Bienville et, en 1870, elles ouvrent une école industrielle pour les enfants sans protection et une école pour les enfants irlandais du chantier Russell.

En 1879, la congrégation ouvre à Lévis une nouvelle institution, l'Hospice Saint-Joseph-de-la-Délivrance, qui reçoit les prêtres âgés et les orphelins et orphelines. Cette fondation permet aux soeurs du couvent de se consacrer exclusivement à l'enseignement et à la tenue du pensionnat. Elles dispensent les différents cours prescrits par le département de l'Instruction publique et, en 1915, elles s'affilient à l'Université Laval. Les grandes réformes scolaires des années 1960 ont amené un démantèlement partiel de l'institution. Ainsi, après avoir servi une clientèle intéressante et nombreuse, avec le cours primaire (1858-1960), les cours moyen (ou secondaire, 1858-), supérieur et supplémentaire (1858-1944), le cours lettres-sciences (1944-1957) devenu le cours classique (1957-1970), le cours commercial (1919-1967), les différents degrés de l'école normale (1941-1969), le couvent de Lévis a dû restreindre son champ d'enseignement au cours secondaire, mais avec ajouts de programmes enrichis en anglais et en informatique.

Les arts occupent une grande place dans la vie du couvent de Lévis. L'enseignement de la musique, qui débute en 1913, prend son essor en 1924 avec l'ouverture d'une vaste salle; en 1927, les cours sont reconnus par l'école de Musique de l'Université Laval qui décerne les diplômes. En 1913, les soeurs ouvrent le Studio et y enseignent, presque sans interruption jusqu'aux années 1980, le fusain, le pastel et la peinture.

Le couvent avait été agrandi d'une aile à l'ouest (1898) et d'une autre aile à l'est (1923). En 1985, les soeurs y ajoutent une annexe pour leur servir de résidence et permettre à l'oeuvre d'occuper plus d'espace. En 1993, l'institution se donne un directeur laïque et, trois ans plus tard, elle ouvre ses portes aux garçons, renouant avec une tradition puisqu'elle en avait déjà reçu, au cours des années '30 à '60. Le couvent, qui demeure pour la communauté un de ses plus beaux fleurons, est devenu en 1996 l'École Marcelle-Mallet, en l'honneur de la fondatrice de la congrégation.