VOICI L'HISTOIRE DE MÈRE MARCELLE MALLET


Le 26 mars 1805, lendemain de la fête de l'Annonciation, naît, à la Côte-des-Neiges ( Montréal ) Marcelle Mallet.






Le jour suivant, elle est baptisée à l'église Notre-Dame de Montréal.






En 1805, ses parents quittèrent le village pour habiter l'Assomption. La mort, à nouveau, frappa durement la famille. Après la naissance de Marcelle, trois autres bébés moururent. Et, en 1810, le père décède, alors que son épouse attend un autre petit.






Mais il ne vécut pas... La mère ne put faire instruire ses deux enfants à l'école de l'Assomption qui était anglaise et protestante. Cinq ans plus tard, devenue pauvre, elle confie Narcisse à l'oncle Parent, de Lachine, et ramène Marcelle à la Côte-des-Neiges.


Marcelle suit des cours de catéchisme.
Elle fait sa première communion le 24 avril 1817...






Marcelle a rejoint Narcisse à Lachine.
Un jour, son amie Eulalie Lagrave lui rend visite avant d'entrer chez les Soeurs Grises de Montréal, congrégation fondée par Mère d'Youville en 1737.






Marcelle apprend les soins du ménage avec sa tante. Quand elle est seule, elle tâche de s'instruire.









Néanmoins, quand on veut...


















Le 6 mai 1824, Marcelle entre au noviciat des Soeurs Grises de Montréal.






Le 18 mai 1826, Marcelle fait profession et devient Soeur Grise, fille spirituelle de Mère d'Youville...






Durant les prochaines années, Soeur Marcelle va remplir successivement divers emplois : à la cuisine, dans les salles d'enfants, de vieillards ou de dames infirmes...









1840. Sur le désir de leur évêque, Monseigneur Bourget, les Soeurs Grises de Montréal donnent 4 soeurs pour la fondation d'une nouvelle congrégation : Les Soeurs de la Charité de Saint-Hyacinthe. Une d'elles était administratrice (*). Il faut la remplacer... Et, le 7 mai 1840...






* L'Hôpital général de Montréal est régi par un conseil de 12 administratrices nommées à vie. Les 3 premières sont la Supérieure, l'assistante et la maîtresse des novices.






Le 1er avril 1845, elle est nommée assistante de la Supérieure.






En 1846, les Soeurs Grises de Montréal inaugurent le service des pauvres à domicile. Soeur Mallet le commence.






Durant l'été 1847, le typhus apporté par des marins irlandais, frappe Montréal... Il y aura 3862 décès, dont 7 Soeurs Grises de Montréal.






Sur 37 soeurs, 23 sont atteintes du typhus, dont la Supérieure...l'assistante est sur la brèche.






La Communauté retrouve un peu de joie en célébrant le centenaire de l'entrée de Mère d'Youville à l'hôpital Général de Montréal...









À Québec, en mai 1848, Monseigneur Turgeon préside une réunion de la Société charitable des Dames Catholiques de la ville.






Le Père Martin, Supérieur des Jésuites, suggère à Monseigneur Turgeon de demander des Soeurs Grises de Montréal... ...Elles ont déjà donné des soeurs pour fonder à St-Hyacinthe, à la Rivière-Rouge et à Bytown. Monseigneur Bourget est prêt à seconder la requête. Les Soeurs Grises de Montréal étudient la demande de Monseigneur Turgeon.






Pendant 9 jours, la communauté prie pour un bon choix des sujets.






Cinq soeurs sont choisies pour cette fondation.
Le 23 juin 1849, Mère Mallet est élue Supérieure du groupe.
Narcisse Mallet et sa vieille maman...






Les adieux à la communauté, le 24 août 1849...






C'est le quatrième et dernier détachement de l'Hôpital général de Montréal.






Le 22 août 1849, Mère Mallet, les soeurs Pilon, Perrin, Terriault et Clément, et une novice, Soeur Dunn arrivent à Québec.










Mais une heureuse surprise les attend...






À L'Archevêché, Mgr. Turgeon présente à Mgr. Signay les Soeurs de la Charité.






L'après-midi, elles visitent les 3 monastères de la ville.






Monseigneur Turgeon, après avoir pris l'avis des médecins, accède à la requête de Mère Mallet...









* De fait, aucune ne mourra.






Où coucher ?...












Dès les premiers jours, Mère Mallet inaugure à Québec la visite des pauvres à domicile...









...et le soin des malades.






Le 7 septembre, Séraphine et Célina Roy entrent dans la congrégation. Leur mère les rejoindra bientôt comme dame pensionnaire.






Le choléra a fait 1185 victimes. Mère Mallet s'occupe de tous les orphelins qu'on lui amène. Elle en recueillera plus de 1100.









Mère Mallet est chargée de former les nouvelles recrues. Mais elle enseigne surtout par l'exemple.









Le 8 octobre 1849, s'ouvrent 4 classes...









Le jour de la première communion, après la messe...






Le 22 février 1850, c'est la première profession religieuse chez les Soeurs de la Charité de Québec.






Mère Mallet écrit à son amie, soeur Lagrave, missionnaire à la Rivière Rouge...






Monseigneur Turgeon a entrepris la construction de l'hospice attenant à l'orphelinat... Il y a mis une partie de son avoir.






L'abbé Proulx, directeur spirituel de la communauté...









Printemps 1851.






Les Dames catholiques organisent un bazar pour l'hospice en construction...






Les membres du clergé, les Frères des Écoles Chrétiennes, ainsi que les Soeurs de L'Hôtel-Dieu, de l'Hôpital général de Québec, de la congrégation de Notre-Dame et les Ursulines contribuent à l'oeuvre.






Les Soeurs de la Charité de Québec ne sont pas les dernières à la peine.









Tard, le soir, on travaille...






Fabrication des cierges









Le 20 juillet 1851, bénédiction de la pierre angulaire...






L'architecte Baillairgé a tenu à mettre un dôme. L'évêque a accepté.









Décembre 1853... L'argent vient à manquer.









À l'orphelinat et à l'école, la vie continue... Cette même année 1853, Mère Mallet institue la fête de la Sainte-Enfance en faveur des missions.









La construction avance rapidement. Le gouvernement s'apprête à tenir sa session parlementaire à l'hospice. Mais, le 3 mai 1854, à 9 heures du soir... Le feu !









Juin 1854. Le choléra, apporté par des bateaux, éclate de nouveau à Québec.






Juillet 1854. Les autorités de l'Hôpital de la Marine font appel aux Soeurs de la Charité. Les gens s'agitent.






On projetait d'unir, en une même congrégation, les Soeurs Grises de Montréal et leurs 4 fondations, mais ce fut impossible... Les soeurs qui avaient quitté L'Hôpital général de Montréal eurent la liberté d'y retourner.
À Québec, Mère Mallet est restée seule avec soeur Pilon qui demande,
elle aussi, à partir...
Lourde croix pour la Fondatrice !









Le 14 octobre 1854, un ouvrier tombe du quatrième étage de l'hospice en reconstruction et se tue...






Monseigneur Turgeon avec l'abbé Taschereau






En février 1855, soeur Pilon meurt du typhus. Plusieurs soeurs sont malades. Monseigneur Turgeon est frappé de paralysie...






Les Soeurs Grises de Montréal et celles des fondations sympatisent. Mère Élizabeth Bruyère, fondatrice des Soeurs de la Charité de Bytown, écrit...
...Je ne vois rien que le Bon Dieu puisse vous ôter maintenant.
Si la distance qui nous sépare n'était pas si grande ce serait de grand coeur que nous partagerions votre besogne !






En janvier 1856 on accueille les dames pauvres agées...






...et des dames pensionnaires.






Septembre 1856. La rentrée scolaire dans L'hospice reconstruit...






Mère Mallet avait l'habitude de tracer une croix sur le front des enfants ...






Le 2 février 1856, Madame Roy, fondatrice de la congrégation des Soeurs du Bon Pasteur, fait sa profession religieuse...






En juillet 1856, visite, à Montréal, à la châsse de Mère d'Youville...






...et chez les Soeurs de la Providence. Une de ses anciennes orphelines, Mary Ann Flynn, devenue fille de Mère Gamelin, l'accompagne.






En juin 1857, accueil des Soeurs de la Présentation.






Mai 1857. Avec l'abbé Cloutier, curé de Cacouna.






29 août 1857. C'est ainsi que commence, pour les Soeurs de la Charité de Québec, l'ère des fondations.






Un couvent de campagne...













LES FONDATIONS D'ALORS :






Chaque année, Mère Mallet fait la visite de ses maisons...






...et elle écrit à ses filles absentes...






À la Maison-Mère, comme dans les fondations, la vie est rude... Pourtant les vocations sont nombreuses.












À son érection canonique la Congrégation a reçu, comme Règle, celle des Soeurs Grises de Montréal. Une adaptation s'impose, Mère Mallet recourt aux Jésuites, directeurs spirituels des Soeurs depuis 1853.


En août 1863...









Et le 22 août 1863...












Mère Mallet confie à soeur Marie-de-la-Nativité l'oeuvre des séminaristes dans le besoin et la visite des pauvres.









Un riche, sollicité, crache dans la main tendue.










Décembre 1863. Soeur Marie-de-la-Nativité tient un bazar...






Depuis 1855, Mère Mallet est devenue une apôtre de la dévotion au Coeur de Jésus.






23 juin 1865, fête du Sacré-Coeur...






La Règle de l'Institut approuvée par l'évêque en janvier 1864, reçoit l'approbation pontificale pour 10 ans, en juillet 1866. Le 4 août suivant, on procède à de nouvelles élections générales. Mère Mallet, qui dirigeait l'Institut depuis 17 ans est remplacée par Soeur Saint-Louis.



Mère Mallet travaille au dispensaire ouvert pour les pauvres en janvier 1866.






Juin 1868. Visite à Carleton, fondation de l'année précédente...






L'enfant deviendra la sixième Supérieure Générale de l'Institut.



En juin 1869, nouvel incendie. Mère Mallet souffre de cancer depuis plusieurs mois.














Mère Mallet meurt le 9 avril 1871, à 2h 15 du matin. C'est le jour de Pâques.